Japon : le défi des femmes actives

Regards croisés sur les femmes actives au Japon, vivre à tokyo, femmes à tokyo
Regards croisés sur les femmes actives au Japon © Vivre à Tokyo

L’association Femmes Actives Japon organisait mardi 10 avril 2018 une conférence intitulée ” REGARDS CROISÉS SUR LA SITUATION DES FEMMES ACTIVES JAPONAISES”.  En effet, la recherche de l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle est un sujet qui préoccupe particulièrement les femmes, et encore plus au Japon.

Les intervenantes

De Paris à Tokyo en passant par Londres, le parcours professionnel de Veronica Prat Van Thiel l’a amenée à être particulièrement sensibilisée à la place qu’occupent les femmes dans l’entreprise.
En effet, après un début de carrière orienté “back office”, elle demande à être au plus près des forces de vente. Elle devient alors adjointe au directeur du corner Cartier au Printemps à Paris afin de découvrir ce monde qui lui était inconnu.  Puis elle sera directrice de magasin à Londres. Arrivée au Japon en 2014, elle prend petit à petit conscience des spécificités culturelles locales et de leurs implications pour les femmes actives japonaises, au sein de la société, mais aussi du monde de l’entreprise en général. Elle est aujourd’hui CEO de Cartier Japon.
Mariko Magnan a grandit entre les Etats-Unis et le Japon. Elle a démarré sa carrière dans la finance après avoir passé quelques années en France. Après avoir évolué dans plusieurs entreprises, elle a décidé de développer sa propre activité. Ainsi est né TPO dont elle est le CEO, un service de conciergerie d’entreprises qui a pour mission d’apporter de l’harmonie dans la vie des femmes actives au Japon.

Bien comprendre la sitation des femmes au Japon

Un travail précaire

Pour bien comprendre la situation des femmes japonaises qui souhaitent travailler, Veronica a proposé de revenir sur quelques données chiffrées. Actuellement le taux de chômage est très bas ( 2,8%) mais 40 % de la population active a un contrat temporaire. Chez les femmes, ce pourcentage passe à 53%.  Il s’agit parfois d’une stratégie afin de ne pas dépasser le plafond de la tranche d’impôts familiale.

Une population vieillissante

Les tâches quotidiennes pour les femmes au Japon sont en augmentation. Si elles ont toujours eu la responsabilité des tâches ménagères et de l’éducation des enfants, elles ont aujourd’hui à leur charge des parents vieillissants.  Ainsi beaucoup de femmes qui ont démarré une vie active démissionnent car elles n’arrivent pas à faire face.

Elles sont également nombreuses à arrêter leur carrière lorsque la famille s’agrandit. Le choix semble être binaire : famille ou travail.

Peu nombreuses aux postes d’encadrement

Aujourd’hui les femmes actives japonaises accèdent peu aux postes d’encadrement (11% de femmes managers au Japon) et sont encore très peu représentées dans les comités exécutifs. Les raisons sont bien évidemment multiples.

La société japonaise a d’abord considéré que les hommes étaient ceux qui devaient diriger la société. La femme est plutôt connue dans son rôle de “serveuse de thé”. Qui n’a pas vu une femme japonaise tenir la valise de son époux ? Comment celle qui a longtemps marché quelques pas derrière son époux pourrait devenir une dirigeante ? Le défi est là.

Sans partir dans de grand discours féministe mais en rappelant tout de même que la journée de la femme a été créé au Danemark en 1910, Véronica et Mariko ont livré quelques ébauches de solution.

Les propositions de Veronica et Mariko

Comment permettre aux femmes qui le souhaitent de s’épanouir dans leur travail tout en fondant une famille ? Comment concilier famille et travail ? Voilà une difficile mission à laquelle Véronica s’emploie au quotidien au travers de sa mission de CEO chez Cartier. Elles considèrent qu’il est important d’être à l’écoute du parcours de toutes les  femmes : jeune, plus âgée, avec enfant, sans enfant…La diversité des parcours fait la force d’une entreprise et permet in fine de créer de la valeur. Les solutions ? Elle les étudie avec son service des “Ressources Humaines ” au cas par cas : flexibilité des horaires, télétravail, etc… ?

En paralèlle Cartier a développé un programme de soutien aux femmes qui ont des initiatives exemplaires : the Women’s initiative awards. En 2018, 2800 dossiers issus de 130 pays ont été déposés.

Les services proposés par TPO - où comment aider les femmes actives japonaise, travailler au Japon, vivre à tokyo
Les services proposés par TPO – où et comment aider les femmes actives japonaises © TPO

Après avoir travaillé à l’étranger et évolué dans un contexte multiculturel deux aspects ont profondement bouleversés Mariko.

  • En tant que femme, elle a pu s’apercevoir des inégalités criantes avec ses collègues masculins concernant les perspectives de carrières. 
  • En tant que salariée, elle a réalisé combien le rythme de travail – très soutenu – et la vie sociale autour du bureau empiètent sur l’espace privé. 

De ces constats est née une conviction.  L’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle est fondamental, tant du point de vue du salarié (c’est encore plus vrai pour les femmes qui, au Japon, sont en charge de la logistique familiale) que du point de vue des entreprises (des salariés qui bénéficient d’une grande qualité de vie au travail sont plus fidèles, plus performants, plus créatifs…).

C’est le point de départ de TPO, une entreprise qui a pour ambition de modifier en profondeur la culture de travail au Japon.

Comme une conciergerie traditionnelle, TPO propose aux entreprises des services visant à faciliter la vie des salariés : recherche de garde d’enfant, organisation des loisirs de la famille, livraison de repas équilibrés pour petits et grands…

Comme un agent de changement, TPO conçoit, en partenariat avec ses clients, des programmes tournés vers l’épanouissement des collaborateurs: yoga, méditation, coachings, formations et ateliers, événements conviviaux…

Si l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle et l’épanouissement au travail sont des aspirations partagées par les hommes et les femmes, elles sont aujourd’hui difficilement accessibles aux femmes. TPO propose des services innovants pour que les femmes japonaises n’aient plus à choisir entre une vie de famille et une carrière.

Un projet qui lui tient à coeur : l’ école internationale à Karuizawa dont elle est administratrice. En effet il s’agit de participer activement à la formation de la nouvelle génération.
Pour terminer, le message adressé aux femmes actives japonaises est de ne pas se décourager. Il faudra parfois prendre le pouvoir au moment où il se présente et affronter les obstacles sereinement comme le dit ce proverbe zen : ” The obstacle is the path”.

A la fin de la conférence plusieurs questions ont été posées par les personnes présentes donnant ainsi lieu à des échanges intéressants autour de l’implication du gouvernement, du congé maternité, de la contraception et de l’évolution de la société.

HM

Laisser un commentaire