Au début le japonais c’est vraiment du chinois !

coach à tokyo, vivre à tokyo

Autour d’un déjeuner, nous sommes revenues avec Domitille sur son arrivée à Tokyo, ses premières découvertes, ses coups de coeur et son activité. “Je suis mariée, j’ai deux filles de 13 et 10 ans et je suis arrivée à Tokyo en mars 2012.  ” commence Domitille qui vient d’obtenir sa certification de Coach Professionnel.

Pourquoi Tokyo ?

A ce moment-là, nous vivions en Italie . Un jour mon mari est revenu du bureau, en me disant « Tokyo ça te dirait ? », nous étions au mois de juin 2011, le tremblement de terre et la catastrophe de Fukushima avaient eu lieu au mois de mars. Impossible de ne pas y penser. J’ai répondu « Tokyo drôle d’idée ! ». Nous n’avions pas du tout d’affinité particulière pour le Japon, ni japonophile, ni lecteur de manga. Mais c’était une belle opportunité pour la carrière de mon mari, et une vraie expérience de vie pour les enfants et pour nous. Seul bémol, pour moi cela signifiait démissionner de mon activité.

Les conseils de Domitille à l’arrivée à Tokyo

  • Avant un départ dans un pays si lointain et si différent, arrêter de travailler un mois avant le grand départ permet de s’organiser plus sereinement.
  • Le Japon est un pays très différent avec des codes spécifiques, ne pas l’oublier, et s’efforcer de rester ouvert à cette façon différente d’être sans raisonner avec notre mode de penser.

A lire également :

As-tu une activité professionnelle ?

Ayant du démissionner lorsque nous sommes venus au Japon, j’ai tout d’abord consacré mon temps à notre installation. Notre dernière fille n’avait alors que 2 ans 1/2 et n’était pas scolarisée. Rapidement, j’ai profité des nombreuses activités culturelles proposées avec l’association les ALF. Une association formidable qui propose de nombreuses activités tous les mois permettant de découvrir le Japon et toutes ses richesses avec des amies japonaises parlant en général très bien français. Puis très vite, je suis devenue membre de l’association FAJ (Femmes Actives Japon).

J’ai d’abord été membre, participant aux conférences mensuelles, ateliers, au programme mentorat (en tant que mentorée puis mentore) puis au club entrepreneures. J’ai ensuite été membre du bureau en tant que Responsable des Relations Membres puis Vice-Présidente pendant deux ans. J’exerçais alors une activité de consulting dans le domaine de l’industrie cosmétique. Ces différentes nouvelles expériences m’ont permis de cheminer pour aboutir aujourd’hui à ma nouvelle activité. J’ai suivi une formation au sein de l’Institut de Coaching International de Genève et je viens d’obtenir ma certification en tant que Coach Professionnelle.  Forte de mon expérience, de ma démarche personnelle de reconversion, j’accompagne des personnes en transition, des accompagnants à l’expatriation qui se posent beaucoup de questions sur ce qu’ils ou elles sont, ont fait, aimeraient faire.

Si vous souhaitez contacter Domitille, n’hésitez pas à compléter le formulaire ci dessous.

le sanctuaire akagi dans La kagurazaka, visiter tokyo, vivre à tokyo
Le sanctuaire akagi dans La Kagurazaka © Vivre à Tokyo

Est-ce que tu as appris le japonais ?

J’ai pris des cours de japonais en cours particulier pendant 1 an, puis à la mairie de mon quartier. Au départ le japonais c’est vraiment du chinois ! C’est long à venir mais finalement les sons deviennent plus familiers et il y a plein de petits trucs que tu arrives à comprendre. Mais….difficile d’atteindre un niveau de conversation courante !

A lire également : Et toi tu prends des cours de japonais ? 

As-tu réussi à nouer des relations avec les japonais ?

Pour moi une expatriation réussie passe par une intégration avec les gens, ici c’est difficile. On a une vie très riche culturellement dans plein de domaines. On vit bien mais la relation avec les japonais est compliquée, longue à établir. J’ai quelques connaissances japonaises grâce au yoga et à l’association Les Amies de Langue Française (ALF). Mais il faut déjà qu’elles parlent anglais ou français, sans parler japonais c’est compliqué.

Les adresses de Domitille à Tokyo : 

Je commencerai par La Kagurazaka en elle-même. C’est un quartier encore traditionnel qui a conservé ses petites rues, et plein de restaurants. J’aime beaucoup par exemple Hanakagura, un petit restaurant traditionnel japonais, je ne suis jamais déçue !

A lire également : La Kagurazaka, les restaurants du quartier

Un autre endroit que j’aime beaucoup : le temple Akagi, en haut de la Kagurazaka. C’est un temple moderne qui a été réalisé par Kengo Kuma un architecte réputé. Il est tout en transparence et offre une jolie vue sur les toits de Tokyo. Parfois quand j’ai envie de me promener dans un site paisible je vais y faire un tour.

Enfin, il y a un petit musée que j’aime beaucoup qui est à Kiyosumi Shirakawa, c’est une annexe du musée Edo de Ryogo-ku, le Edo Fukagawa Museum. Il est parfait pour une visite originale avec les enfants : les rues et les maisons sont reconstituées comme à l’époque Edo.

Pour aller plus loin :

Le restaurant Hanakagura à Iidabashi, Vivre à Tokyo, Expatriation Tokyo, Visiter Tokyo
Le restaurant Hanakagura à Iidabashi © Vivre à Tokyo

Ton coup de cœur au Japon ?

Je crois que ce que j’apprécie le plus ici c’est le respect de l’autre, et dans toutes les dimensions. C’est ce qui me marquera le plus. Toutes ces petites attentions des japonais, parfois c’est presque un peu trop tous les petits cadeaux que tu reçois tout le temps. Mais c’est tellement mignon et bien attentionné.

Merci Domitille d’avoir partagé ton expérience avec nous !

HM & CD

Ne manquez rien de nos infos et bons plans en vous abonnant à la Newsletter de Vivre à Tokyo ou en nous suivant sur Facebook et Instagram.

Si vous souhaitez contacter Domitille, n’hésitez pas à compléter le formulaire ci dessous.

    Formulaire de contact

    [recaptcha]

    1 Commentaire
    • URSCHEL Nathalie

      Domitille est une personne ouverte aux autres et au monde. Toujours à l’écoute et très humaine, elle est une de mes belles rencontres à Tokyo. Je suis sûre qu’elle fera un excellent coach !

    Laisser un commentaire