Trouver du travail au Japon : c’est possible par FAJ@home

travailler au Japon, vivre a tokyo, français a tokyo
© Vivre à Tokyo

La période que nous vivons peut s’avérer délicate, déstabilisante ou carrément décourageante quand on est ou était en recherche de travail.

C’est pourquoi l’association Femmes Actives Japon a choisi le thème « trouver un emploi au Japon », pour la deuxième rencontre en ligne FAJ@home qui a réuni une trentaine de membres de membres du réseau Femmes Actives Japon mercredi 15 avril. En voici les  éléments de synthèses résumés par Marion Depierre Prêcheur, Présidente de Femmes Actives Japon et Hélène Marbach, Vice-Présidente de Femmes Actives Japon.

Nous avions décidé de traiter ce sujet sous un angle résolument optimiste, en faisant intervenir des personnes de notre grand réseau FAJ qui ont trouvé du travail ces derniers mois. Nous avons ainsi entendu les témoignages de Lauriane Montreuil, Charlotte Pellet, Joanna Seiller, Gael de Dorlodot, Marc Carré et Phetsopha Tanseri.

Chacun nous a fait part de son parcours, de son expérience, et nous a donné les trucs qui font la différence quand on cherche du travail au Japon.

Un résumé en 4 grands conseils

1/ Sachez ce que vous cherchez !

Définissez votre projet et soyez clair avec vos priorités et vos ambitions (management, salaire, équilibre vie pro / vie privée…).

2/ Montrez que vous avez vraiment envie de travailler

C’est sûr, votre recherche ne va pas être un long fleuve tranquille, elle va nécessiter de l’énergie et de l’envie. Il va falloir faire preuve de persévérance et de culot, alors soyez audacieux dans vos contacts, n’hésitez pas à insister lorsqu’il vous semble qu’une offre est faite pour vous. Et ne désespérez jamais, une piste finira bien par arriver même si le timing n’est pas celui que vous aviez imaginé.

3/ Faites savoir que vous cherchez du travail

A partir du moment où vous avez fixé vos grands objectifs, construisez votre plan d’actions : actionnez vos réseaux, participez à des événements virtuels de networking, utilisez les réseaux sociaux, ayez un profil Linkedin à jour et en ligne avec votre recherche, activez la fonction « en recherche », créez-vous des profils sur les sites de recrutement….

4/ Prenez en compte le contexte local

Vous entendrez souvent que sans parler couramment japonais, il est impossible de trouver du travail…. ce qui ressort des témoignages de ce soir, c’est que pour de nombreux postes, c’est surtout votre appétence à la culture japonaise, votre curiosité, les efforts déployés pour apprendre le japonais et votre capacité à dire quelques mots (vous présenter par exemple) qui seront remarqués et valorisés.

Adaptez vos outils, en prévoyant par exemple un CV japonais.

travailler au Japon, vivre a tokyo, français a tokyo
Ne désespérez jamais, une piste finira bien par arriver © Vivre à Tokyo

Après ces témoignages réjouissants et motivants, nous avons demandé à Christelle Ravez, DRH de Novartis Japon, de partager son point de vue sur le marché actuel et de nous donner quelques conseils :

Le marché du travail japonais, connu pour sa pénurie de talents, reste dynamique. Chez Novartis, la période actuelle n’empêche pas les entretiens virtuels et les propositions d’embauches.

Les profils internationaux continuent à être appréciés et recherchés pour leurs compétences de management, de gestion de problèmes complexes et leur leadership, qu’il ne faut pas hésiter à mettre en avant. Les entreprises recherchent également des candidats étrangers pour assurer l’interface siège / filiales.

Les candidatures spontanées sont courantes, mais elles doivent cibler les fonctions visées au sein de l’entreprise, le service RH qui les reçoit ne fera pas lui-même le tri.

Quand on reçoit une offre, tout est négociable : salaire, bonus, stock options, mais pas les allowances qui suivent des grilles définies.

Enfin, nous ne pouvons que vous conseiller de compléter vos profils dans l’annuaire FAJ ; et de faire la démarche de déposer votre CV dans la base de données de la CCIFJ , qui diffuse mensuellement les profils disponibles à ses 600 membres.

A l’issue de presque deux heures de discussions et d’échanges et de partages, nous espérons que chaque participante a éteint son ordinateur reboostée pour les semaines à venir. Dans cette période d’incertitude, et alors qu’on ne sait pas comment l’année se profilera jusqu’à l’été, c’est aussi important de se positionner sur ses projets de septembre !

Pour aller plus loin :

Bon courage à toutes !

Marion Depierre Prêcheur, Présidente de Femmes Actives Japon Hélène Marbach, Vice-Présidente de Femmes Actives Japon

Retrouvez toutes nos infos et bons plans en vous abonnant à la Newsletter de Vivre à Tokyo ou en nous suivant sur Facebook et Instagram.

Laisser un commentaire