Le shinto, de A à Z

Le shintoïsme de A à Z © Vivre à Tokyo
Le shintoïsme de A à Z © Vivre à Tokyo

Le shinto 神道 est la religion historique du Japon, littéralement la “voie des dieux”. C’est une croyance animiste qui vénère tous les éléments de la nature, ainsi que les forces surnaturelles souvent appelées kami qui résident et s’incarnent dans cette nature. 

Voici quelques éléments simples de décryptage :

Chôzuya : fontaine qui se trouve à l’entrée du sanctuaire où se purifier les mains et la bouche à l’aide d’un instrument cylindrique avant de faire un vœu.

shinto, culture japonaise, visiter le japon, visiter tokyo, temple shinto, expatriation tokyo, vivre a tokyo
un exemple de fontaine à l’entrée des temples Shinto © Vivre à Tokyo

Ema : plaquette de bois où inscrire son vœu à la divinité du temple.

shinto, culture japonaise, visiter le japon, visiter tokyo, temple shinto, expatriation tokyo, vivre a tokyo
Ecrire un vœu sur une ema © Vivre à Tokyo

Goshuin : sceau du temple calligraphié par un moine sur un carnet  le Goshuin Cho. Le sceau correspond au nom du sanctuaire, et au nom de la statue principale.Un Goshuin coûte en général 300 yens

Hama-ya :  flèche talisman, signifie littéralement « flèche qui détruit les démons », a placé dans les maisons pour écarter les mauvais esprits.

Elle est souvent en vente au moment du changement d’année.

shinto, culture japonaise, visiter le japon, visiter tokyo, temple shinto, expatriation tokyo, vivre a tokyo
Les flèches décoratives du nouvel an  au temple Yasukuni © Vivre à Tokyo

Honden : bâtiment principal du sanctuaire, une sorte de saint des saints qui abrite le « support matériel de la divinité », en général interdit au visiteurs.

Haiden : bâtiment du sanctuaire réservé aux cérémonies, et devant lequel on effectue un vœu ou prière simple.

Jinja : sanctuaire shinto en japonais.

Kami : dieu de la religion shinto.

Koma inu : paire de statue de chiens gardant l’entrée du sanctuaire, l’un avec la bouche ouverte produisant le son A, l’autre, lui faisant face, bouche fermée produisant le son « Un ». Ces chiens lions étranges sont sensés écartés les démons de l’entrée du sanctuaire.

shinto, culture japonaise, visiter le japon, visiter tokyo, sanctuaire shinto, expatriation tokyo, vivre a tokyo
A l’entrée des sanctuaires Shinto, ici Hongu Taisha, Kumano Kodo © Vivre à Tokyo

Mariage : Au Japon, les mariages ont souvent lieu dans les temples shinto.

Miki : saké sacré offert aux dieux dans des barriques ou dans une coupe.

shinto, culture japonaise, visiter le japon, visiter tokyo, sanctuaire shinto, expatriation tokyo, vivre a tokyo
Les barils de saké du sanctuaire Yasukuni à Tokyo © Vivre à Tokyo

O mikuji : divination reportée sur des bandelettes de papier. Une fois la lecture terminée, on garde une prédiction positive et on laisse au temple une prédiction négative.

Omamori : amulette protectrice sanctifiée

Oshogatsu : cérémonie/ prière du nouvel an.

Saisen bako : caisse de bois qui reçoit la donation au moment de la prière.

Sando : chemin d’accès du torii au sanctuaire.

Shamusho : bureau du sanctuaire, les visiteurs s’y rendent pour déposer leurs demandes de rituel, se procurer une amulette protectrice sanctifiée, ou encore recevoir un Goshuin (sceau du temple) calligraphié sur un carnet par un moine.

Tamagaki : enceinte qui entoure le Honden pour protéger le saint des saints du monde extérieur.

Torii : portique vermillon qui marque l’entrée du sanctuaire, le passage du profane au sacré. C’est un signe de reconnaissance des sanctuaires, par rapport aux temples bouddhistes.

shinto, culture japonaise, visiter le japon, visiter tokyo, sanctuaire shinto, expatriation tokyo, vivre a tokyo
Les Torii de la religion shinto © Vivre à Tokyo

Comment prier ?

Nous vous conseillons simplement d’imiter les japonais quant a la marche a suivre.

A l’entrée du sanctuaire, on commence par se purifier en se lavant succinctement les mains et la bouche en puisant un peu d’eau dans le chozuya.  On s’approche alors du bâtiment cérémoniel et  lance une pièce de monnaie dans le saisen bako (par exemple 5 yens, dont la prononciation japonaise “goen” est la même que “vœu”). Puis, il faut secouer la corde pour agiter la cloche pour attirer l’attention du kami. Ensuite il faut saluer en s’inclinant deux fois et enfin taper deux fois dans ses mains, les joindre en prière et faire son vœu. Ce dernier est conclu par une dernière inclinaison, avant de partir.

A lire également : Shishigosan, la fête des enfants

Partez à la découverte des plus beaux sanctuaires shinto du Japon à Kyoto, pour organiser votre séjour cliquez ici.

HM

Laisser un commentaire