Comment concilier home-office et home-schooling, un rendez vous avec FAJ@home

femmes actives japon, vivre a tokyo

Le 26 mars, l’association Femmes Actives Japon organisait son premier rendez-vous FAJ@home grâce à l’outil ZOOM.

Marion Prêcheur, présidente de Femmes Actives Japon, a introduit la séance en expliquant que cette première tentative de rencontre en ligne doit permettre, dans cette période d’éloignement social, de continuer à faire vivre les valeurs de ce réseau, et parmi elles, la solidarité, l’écoute et lentraide !

Ces 90 minutes de discussions ont été l’occasion d’échanges entre membres pour mieux comprendre ce qui se joue en ce moment, entre les obligations dassurer nos responsabilités professionnelles habituelles, dans un environnement contraint, et celles de suivre de façon bien plus rapprochée que dhabitude le travail scolaire de nos enfants, à la maison en permanence. Et il est bon de rappeler que nous ne sommes pas seules…..87% des élèves dans le monde, et la moitié de la population sont dans le même cas que nous.

Pour commencer, les participantes ont visionné une vidéo, dans laquelle elles ont pu retrouver leurs préoccupations du moment, avec le sourire, surtout en remplaçant « devoirs » par « école à la maison ».

Quelle organisation pour les parents ?

Les conseils de Nathaëlle qui pratique l’école à la maison depuis 7 semaines

Nathaëlle Davoust, ancienne présidente de l’association, habite aujourd’hui à Hong-Kong et expérimente la combinaison « télétravail & école à la maison » depuis 7 semaines. Elle a partagé ses conseils. Les voici !

  • Se donner un rythme quotidien, facilement reproductible afin de ne pas avoir à réexpliquer aux enfants tous les jours le programme et être vite opérationnels. Il ne faut pas hésiter à transmettre aux professeurs les difficultés rencontrées car ils ne peuvent pas vraiment les appréhender ne rencontrant que très peu les enfants. Nathaëlle conseille même de prendre un petit moment pour préparer chaque visioconférence (questions, incompréhension) . Les enfants sont en effet si contents de voir leurs camarades qu’ils en oublient l’étape avec le professeur.
  • Gérer l’espace pour éviter de devoir réinstaller l’espace travail / devoirs tous les matins
  • Choisir ses batailles et se préparer à la durée. Cette période peut être amener à durer longtemps. Il s’agit donc d’un marathon.
  • Garder un peu de temps pour soi
  • Profiter de cette période pour essayer de nouvelles choses : activités, jeux, lectures, films en famille…
  • Entrer en contact avec la famille, les amis pour maintenir des liens sociaux. Ils ne seront certes pas physiques mais il est important de pouvoir échanger. Privilégier quand cela est possible un contact en visio conférence ou téléphonique.
  • Etre indulgent avec tout notre entourage. Le rythme de chacun est nouveau, il faut donc y faire face à plusieurs sans jugement.
  • Abreuver le quotidien de petits plaisirs

Domitilla de Laporte, orthophoniste et ancienne expat à Tokyo, donne de très bons conseils pour aborder nos relations parents enfants dans ses “capsules quotidiennes sur Facebook“. Elle témoigne par exemple sur les sentiments que lui ont confiés ses patients, enfants et adolescents :

  • Le problème du confinement et le besoin de s’isoler. Quand son univers se réduit brutalement à un petit espace (même si on a la chance d’habiter une maison ou un grand appartement, l’espace est toujours moins grand que celui auquel on a accès quand on va à l’école !) , il est importance de bien définir les espaces, ceux où on dort, où on mange, où on travaille, et de respecter le besoin d’isolement,
  • Le manque de relations sociales :  leurs copains bien sûr, mais même les profs qu’ils aiment le moins, ou la cantine qu’ils détestent habituellement, leur manquent,
  • Les inquiétudes qu’ils peuvent avoir pour leurs grands parents ou cousins en France / Europe, pour leurs parents et leur travail,
  • Les enfants et ados ont besoin de dire à leurs parents les difficultés qu’ils rencontrent,
  • C’est aussi l’occasion de faire marcher sa créativité, de prendre le temps de faire des choses qu’on n’a jamais le temps de faire que ce soit ranger le fond de son armoire ou classer toutes ses photos) et d’en être fier.

Marie Tuleu, qui  propose par ailleurs des ateliers de parents Faber et Mazlish, a proposé de nous faire part de son expérience. Suite aux mesures de confinement annoncées en Europe, deux de ses enfants étudiants sont « rentrés » à Tokyo. Elle indique qu’il est important d’accepter la situation présente et qu’il faut vivre un jour après l’autre. La cohabitation à plusieurs (surtout après quelques temps de séparation) peut être un exercice délicat. Il ne faut donc pas hésiter à partager et pour les tâches logistiques à faire participer tout le monde. Ainsi chacun aura un rôle actif.

Anne-Sophie Jouan Gros, membre de FAJ et psychopraticienne nouvellement arrivée à Tokyo, nous a à son tour apporté son témoignage sur ce qu’elle vit, ressent. Pour trouver un nouvel équilibre entre home office et home schooling dans cette période de tempête tout à fait inédite où l’avenir est plus que jamais incertitude, nos capacités et nos limites sont mises à l’épreuve pour chacune d’entre nous et puisent dans nos ressources qui d’une personne à l’autre sont bien inégales… Nous faisons face à une expérience in-situ à échelle humaine et planétaire où face à une même réalité (l’épidémie de Covid-19) nous allons chacune réagir différemment car à chacun sa réalité, son environnement humain, son histoire, ses antécédents, sa culture, ses ressources. Ce qui va compter c’est la signification que chacun donne à cette réalité, qui devient tant un monde de contraintes que de possibilités. Pour conserver un peu de contrôle dans ce quotidien où de nombreuses cartes sont rebattues, elle rappelle que “nous voyons l’avenir avec les yeux du présent, donc soignons notre présent, assouplissons nous, pour pouvoir construire un avenir qui répondra à nos besoins ».

Frédérique Martinez, ancienne membre, qui s’est connectée depuis Johannesbourg rappelle que nos vies à l’étranger nous ont déjà habitués à nous réinventer et que nous devons avoir confiance dans nos capacités d’adaptation.

Le télétravail

En cette période de crise, le rythme de travail est chamboulé. La situation économique est morose. Si votre activité diminue, Hélène, co-fondatrice du site vivreatokyo.com, conseille de faire la liste des tâches mises de côté depuis le début de l’année et de s’y atteler. Il est possible de préparer l’après en travaillant son offre de service à venir. Un nouveau guide « Vivre a Tokyo » est ainsi en cours de préparation avec les différents sites pour admirer les azalées, les hortensias et les iris.

Il ne faut pas hésiter également à revoir à la baisse certains objectifs pour ne pas se retrouver écartelés entre l’école à la maison et des objectifs trop ambitieux. Enfin pour maintenir des contacts, Nathaëlle organisait des réunions virtuelles parfois juste pour échanger entre collègues

Et les enfants ?

vivre a tokyo, coronavirus
© Mes Cartes Mentales

Si votre enfant pose des questions, il faut se retourner vers lui et lui expliquer certains éléments de la situation. « Mon fils ne veut plus en entendre parler », témoigne Aurore.

Astuce : voici deux liens utiles (dont un en anglais) pour vous aider :

Les adolescents ont moins tendance que les plus jeunes à être demandeur de collaboration sur les devoirs ou pour des activités, c’est pourquoi en confinement il faut imaginer des occasions être ensemble, ressortir le jeux de société ou choisir un moyen de faire du sport ensemble à la maison. Avec les adolescents, qui comprennent mieux la situation présente, nous pouvons tout de même être surpris de réactions soit d’insouciance  soit d’anxiété voire alternativement les deux. « Les courbes d’énergie de chaque membre de la famille sont différentes, explique Sylvie Tosolini, il faut en avoir conscience et savoir les orchestrer ».

A lire également : Adolescents et confinement

Pour conclure cette séance instructive, Marion a résumé les quelques éléments clés pour nous aider à garder l’esprit clair, agile et serein :

  • se protéger mentalement en luttant contre la peur par les faits. Et donc en vérifiant ses sources et en s’appuyant sur des sites vérifiés, …
  • se faire du bien, à soi et aux autres (en acceptant son stress, en faisant preuve d’indulgence, en évitant de culpabiliser, en gardant le contact, en restant actif,…)
  • entretenir son énergie pour tenir sur le long terme (lâcher prise, diversifier les activités possibles, privilégier les connexions physiques et émotionnelles,…)

Elle a aussi rappelé que le rôle de l’association dans cette période délicate est de maintenir le contact entre les membres et annoncé que d’autres évènements seront organisés au mois d’avril.

HM & MP

Retrouvez toutes nos infos et bons plans en vous abonnant à la Newsletter de Vivre à Tokyo ou en nous suivant sur Facebook et Instagram.

Nouveau : Téléchargez notre carte de Tokyo disponible hors connexion.

Laisser un commentaire