Etre journaliste à Tokyo pendant les JO de Tokyo 2020

JO, Tokyo 2020
Interview Teddy Riner par Clovis Casali - France 24

Clovis Casali, journaliste chez France 24, suit les Jeux Olympiques en étant basé à Tokyo. Nous avons eu l’opportunité de recueillir ses impressions après quelques jours sur place : “Revenir aujourd’hui dans le cadre des JO est un moment particulier et je mesure la chance qui m’est offerte de couvrir cet évènement même si parfois les conditions sont un peu frustrantes.”

Ce voyage était-il votre premier voyage au Japon ?

J’étais déjà venu au Japon il y a 5 ans et j’avais exploré le pays pendant un mois : au programme Tokyo, Osaka, Kyoto, Koya San, Hiroshima, Fukuoka, les îles Tashima et Naoshima que j’avais particulièrement appréciées. Je suis fan de judo depuis je suis petit et j’adore la gastronomie japonaise. Autant vous dire que ce voyage est important pour moi.

Comment s’est passé votre arrivée à Tokyo ?

A l’arrivée, nous avons reçu toutes les instructions.  Les procédures ont duré cinq heures. C’était long mais bien organisé. Nous avons fait un test PCR, obtenu nos accréditations et téléchargé une application qui permet aux autorités de savoir où nous sommes.

Ensuite, il a d’abord fallu rester trois jours à l’hôtel avec une autorisation de sortie de 15 minutes par jour. Nous avons fait très attention de respecter les règles. Pendant les deux semaines suivantes, nous n’avons eu accès qu’aux stades et à une liste de lieux bien définis au préalable. Nous n’avons presque pas pu échanger avec les japonais. Nous avions prévu de faire des reportages sur la société japonaise mais nous avons du revoir nos objectifs.

Comment se passe une journée type ?

Le matin, je consulte les résultats et je programme des entretiens avec les athlètes et des personnalités sportives. Je peux les rencontrer au Club France. Une fois qu’ils ont terminé leur compétition, ils peuvent rester 48h. Ils sont donc disponibles pour quelques interviews.

Quelle est l’ambiance sur place ?

L’ambiance est très bonne entre les athlètes. Les sportifs sont contents d’être là. Au début, on ne sentait pas la population très enjouée mais avec les premiers résultats, les japonais commencent à s’approprier les JO. La semaine prochaine, je pourrai sortir plus et je serai content d’aller à leur rencontre. J’ai prévu également d’interviewer un professeur de karaté.

Merci à Clovis Casali pour ce partage !

HM

Retrouvez toutes nos infos et bons plans en vous abonnant à la Newsletter de Vivre à Tokyo ou en nous suivant sur Facebook et Instagram.

Nouveau : Téléchargez tous nos guides :

Laisser un commentaire